Le sondage vésical

Objectif et choix du matériel

OBJECTIF

Le sondage vésical est défini par l’introduction d’une sonde stérile dans la vessie par l’urètre, c’est un geste invasif à haut risque infectieux, qui doit être réalisé avec une asepsie rigoureuse, associée à la gestion du système clos pendant toute la durée du drainage.
L’indication est déterminée par le médecin, et doit faire l’objet d’une prescription d’acte de sondage.
La prescription des dispositifs médicaux pour le sondage peut être faite par l’infirmière, hormis les antiseptiques et la sonde de Foley.

sondage vésical

CHOIX DU MATÉRIEL

Les sondes

La taille de la sonde est choisie en tenant compte de l’anatomie du patient ; la qualité du matériau est importante (la sonde siliconée ne nécessite pas de lubrifiant utilisée pour un sondage de longue durée, la sonde en latex enduit de silicone est indiquée dans le sondage de courte durée).

Les poches de recueil ou sacs collecteurs

Stériles et connectées à la sonde au moment du sondage.  On vide une poche, on ne la change pas, pour ne pas rompre le « système clos ». La fixation avec crochets intégrés, ou bien une fixation sur la jambe peuvent être décidées et choisies.

Mise en place de la sonde

Vérification de la prescription médicale

Préparation du matériel

  • Matériel pour toilette urogénitale : gants à UU non stériles, gant de toilette, serviette, savon, protection
  • Matériel pour antisepsie : compresses stériles, antiseptique pour muqueuses, pince stérile.
  • Matériel pour sondage : set de sondage, ampoule de 10 ml d’eau stérile (ballonnet), sonde vésicale et sacs collecteurs stériles montés avant sondage, +/- lubrifiant selon matériau de la sonde.
  • Matériel de fixation : crochet pour sac collecteur, fixation de jambe, etc…

Information et installation du patient

Toilette urogénitale

  • Pour une femme : de haut en bas en allant de la région génitale à la région anale
  • Pour un homme : le prépuce est décalotté puis nettoyé de l’avant à l’arrière du méat, en allant vers la partie distale.

Sondage proprement dit

Réalisé avec asepsie selon la technique apprise, après avoir connecté le sac à la sonde, faire l’asepsie du méat. Bien sûr ce soin est fait avec des gants stériles ; le ballonnet est gonflé, puis la sonde est un peu retirée, jusqu’à résistance du ballonnet.
Chez l’homme, ne pas oublier de recalloter le gland.
Le matériel utillsé est jeté, et le patient réinstallé.

Fixation de la sonde et du sac collecteur

Le sac ne doit jamais toucher le sol.

Traçabilité du sondage

La date de pose, le type et le calibre (charrière) de la sonde, le volume de gonflage du ballonnet, l’aspect et la quantité des urines, les réactions du patient, ainsi que le nom du soignant sont consignés dans le dossier du patient, ou la fiche de surveillance.

Entretien et surveillance

Friction hydroalcoolique avant et après chaque soin (vidange du système, toilette, prélèvement, etc…)

Toilette urogénitale

Au moins une fois/jour, et après chaque selle.

Paramètres à surveiller

  • Apport hydrique du patient
  • Fixation de la sonde vésicale
  • Absence de coude sur la sonde vésicale et le tube collecteur
  • Présence et utilisation du sac collecteur (sac hors sol)
  • Niveau de remplissage du sac collecteur
  • Absence de fuite

Vidange du sac collecteur

Déconnexion formellement interdite !

Manipulation du robinet de vidange avec compresse imbibée d’antiseptique alcoolique.

Prélèvements

Peuvent être réalisés de manière aseptique. Le site de prélèvement est désinfecté avec un antiseptique, en respectant le temps de contact du produit.

Fréquence de changement de sonde ou ablation définitive

Selon un protocole établi, ou lorsqu’elle n’est plus nécessaire.
Devant toute infection urinaire, il faut retirer la sonde ou la changer lorsque le drainage est indispensable.

Pour vous assurer de la qualité de votre sondage, vous trouverez ci-dessous, dans notre section « Pour en savoir plus », 2 liens qui exposent les recommandations de la HAS 

application-pdf Télécharger la version PDF