Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le plan national canicule

Plusieurs niveaux sont déterminés par Météo France

  • Niveau 1 ou vert : c’est un niveau de veille
  • Niveau 2 ou jaune : c’est un avertissement chaleur
  • Niveau 3 ou orange : c’est une alerte canicule
  • Niveau 4 ou rouge : c’est une mobilisation générale.

Vous pouvez consulter la carte de vigilance de Météo France afin de connaître le niveau d’alerte de la zone géographique qui vous intéresse.

 

La définition de la canicule

On considère, pour notre région, qu’il y a canicule lorsque la température diurne est égale ou supérieure à 30°C, et la température nocturne reste voisine de 20°C, pendant trois jours consécutifs. L’amplitude thermique entre le jour et la nuit est donc faible.

 

Quelles sont les personnes à risque ?

  • Les personnes âgées de plus de 65 ans
  • Les nourrissons et les enfants, notamment les enfants de moins de 4 ans
  • Les travailleurs manuels, travaillant notamment à l’extérieur (BTP, maçons, etc.)

D’autres personnes sont également susceptibles d’être plus à risque en période de canicule :

  • Les personnes confinées au lit ou au fauteuil
  • Les personnes souffrant de troubles mentaux (démences), de troubles du comportement, de difficultés de compréhension et d’orientation ou de pertes d’autonomie pour les actes de la vie quotidienne
  • Les personnes ayant une méconnaissance du danger
  • Les personnes sous traitement médicamenteux au long cours ou prenant certains médicaments pouvant interférer avec l’adaptation de l’organisme à la chaleur
  • Les personnes souffrant de maladies chroniques ou de pathologies aiguës au moment de la vague de chaleur
  • Les personnes en situation de grande précarité, les personnes non conscientes du danger

 

Les bons réflexes à adopter en période de canicule

Affiche Bons réflexes en période de canicule

Téléchargez l’affiche sur le site du Ministère de la Santé

 

Canicule et prise de médicaments

Dans le cadre du Plan canicule, l’ANSM a publié des recommandations pour la surveillance des patients et la prise de certains médicaments susceptibles d’altérer l’adaptation des organismes à la chaleur.

En aucun cas il n’est justifié d’envisager d’emblée et systématiquement une diminution ou un arrêt des médicaments pouvant interagir avec l’adaptation de l’organisme à la chaleur, simplement prévenir et surveiller pour éviter l’apparition d’une déshydratation, d’un coup de chaleur ou l’aggravation d’une pathologie.

Quelques rappels simples :

Un coup de chaleur est caractérisé par l’apparition, pouvant être brutale, d’une forte fièvre, des pertes de conscience, des nausées, des vomissements, des maux de têtes, avec une peau rouge et sèche qui ne transpire pas.

Les médicaments qui présentent un risque sont :

  • Les diurétiques
  • Les médicaments pour traiter l’hypertension, l’angine de poitrine et les troubles du rythme
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et le paracétamol
  • Les neuroleptiques, les antidépresseurs, les antiparkinsoniens.

Les risques sont directement liés à leurs effets indésirables.

Le paracétamol ne présente pas d’efficacité dans le traitement d’un coup de chaleur.

La plupart des médicaments se conservent sans aucune altération de leur efficacité à des températures inférieures à 30 °C, et supportent sans difficulté quelques jours à des températures supérieures.


Plus d’infos

http://social-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-climatiques/canicule

Partager sur :