Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Télésanté, télémédecine, télésoin … De quoi parle-t-on ?

Le numérique en santé se développe de manière exponentielle en France, comme à l’étranger, avec de nombreux objectifs dont :

👉 L’amélioration de la qualité des soins, par exemple en optimisant les conditions de prise en charge des patients et en améliorant le suivi des maladies chroniques.
👉 L’accès aux soins pour tous en réduisant les inégalités sociales et territoriales.
👉 Une meilleure maîtrise des dépenses de santé. La télésanté permet notamment de limiter les placements en établissement ou les hospitalisations en privilégiant la surveillance médicale à distance et le maintien à domicile.

Pourtant, comme souvent, il n’est pas forcément évident de s’y repérer avec des mots parfois très proches et peu explicites.

Au final, télésanté, télémédecine, télésoin, quelles différences ? De quoi parlons-nous vraiment ?

Faisons le point ! 👇

Qu’est-ce que la télésanté ?

La télésanté est une forme de pratique utilisant les technologies de l’information et de la communication pour mettre en rapport un patient avec un professionnel de santé ou des professionnels de santé entre eux.

Dit autrement, la télésanté regroupe l’ensemble des activités (soin, consultation, expertise …) exercées entre professionnels de santé ou entre des professionnels de santé et leurs patients grâce au numérique.

La télésanté est donc une catégorie générale qui se divise en deux avec d’un côté la télémédecine et de l’autre le télésoin.

Qu’est-ce que la télémédecine ?

La télémédecine permet une mise en rapport avec un professionnel de santé médical (médecin, sage-femme ou odontologiste), que l’on soit patient ou professionnel de santé également (article L. 6316-1 du code de la santé publique).

De manière générale, la télémédecine permet d’établir un diagnostic, d’assurer pour un patient à risque un suivi à visée préventive ou un suivi post-thérapeutique, de requérir un avis spécialisé, de préparer une décision thérapeutique, de prescrire des produits, de prescrire ou de réaliser des prestations ou des actes, d’effectuer une surveillance de l’état des patients …

Aussi, comme la télésanté, la télémédecine se subdivise en plusieurs sous-catégories (actes) :

👉 La téléconsultation qui a pour objet de permettre à un professionnel médical de donner une consultation à distance à un patient.
Cette téléconsultation peut être pratiquée en présence d’un infirmier libéral auprès du patient : c’est la téléconsultation assistée !
L’IDEL par son anamnèse ou encore la prise des constantes permet au médecin une aide au diagnostic et par conséquent un gain de temps médical. L’IDEL peut également aider le malade lors de la consultation, lui expliquer sa pathologie ou le traitement si nécessaire (l’accompagnement à la téléconsultation est valorisé dans la NGAP avec les lettres clés TLS, TLS et TLD).

👉 La téléexpertise qui a pour objet de permettre à un professionnel de santé de solliciter à distance l’avis d’un ou de plusieurs professionnels médicaux en raison de leurs formations ou de leurs compétences particulières, sur la base des informations de santé liées à la prise en charge d’un patient. Un IDEL peut demander un acte de téléexpertise si nécessaire (l’acte de demande de téléexpertise est valorisé dans la NGAP avec la lettre-clé RQD).

👉 La télésurveillance médicale qui a pour objet de permettre à un professionnel médical d’interpréter à distance les données nécessaires au suivi médical d’un patient et, le cas échéant, de prendre des décisions relatives à la prise en charge de ce patient.

👉 La téléassistance médicale qui a pour objet de permettre à un professionnel médical d’assister à distance un autre professionnel de santé au cours de la réalisation d’un acte.

👉 La réponse médicale qui est apportée dans le cadre de la régulation médicale comme avec l’aide médicale urgente.

Qu’est-ce que le télésoin ?

L’article L. 6316-2 du code de la santé publique nous indique que le télésoin concerne les professions d’auxiliaire médical (dont les infirmiers libéraux font partie) et de pharmacien dans l’exercice de leurs compétences.

Les infirmiers libéraux peuvent donc pratiquer le télésoin. A ce titre, des cotations et conditions spécifiques ont été mises en place depuis l’avenant 9 à la convention nationale des infirmiers libéraux.

Par ailleurs, il est important de se rappeler que le télésoin inclut systématiquement le patient (contrairement à la télémédecine qui peut mettre en relation des professionnels de santé entre eux sans le patient).

En résumé, les infirmiers libéraux peuvent donc pratiquer le télésoin et solliciter/avoir recours à la télémédecine !

Vous souhaitez en apprendre plus sur le numérique en santé, ses enjeux, ses financements, ses perspectives d’évolution ou encore (et surtout) ses déclinaisons pratico-pratiques pour les infirmiers libéraux ?

Alors bloquez dès à présent votre 9 avril 2024 pour le forum régional de l’infirmière libérale en PACA qui aura pour thème « De l’IDEL à l’e-DEL » !  ⬇️


Partager sur :