Contamination chimique et perturbateurs endocriniens

Les produits chimiques et perturbateurs endocriniens présents dans l’environnement quotidien, l’air, l’alimentation, les vêtements, sont un problème majeur de santé publique.

En tant que professionnel de santé, vous jouez un rôle essentiel dans la prévention de la contamination chimique et des perturbateurs endocriniens.

Informez vos patients afin d’adopter les bons gestes, surtout les couples ayant un projet de grossesse, la femme enceinte ou allaitante, ainsi que les enfants en bas âge et les adolescents.

 

> Consulter le guide “Comment protéger mes patients de la contamination chimique et des perturbateurs endocriniens” de l’URPS ML PACA

 

Les perturbateurs endocriniens (PE) sont des substances chimiques développés par la chimie minérale et /ou organique de synthèse ou naturelles (phytooestrogènes, certains métaux lourds) capables d’interférer avec le système hormonal. Cette action peut se faire à chaque étape du fonctionnement normal des hormones (transport, métabolisme, production, régulation des gènes, activation…), en particulier via une interaction avec le récepteur hormonal.

 

 

Les effets de la contamination chimique et des perturbateurs endocriniens

  • Cancers : Les PE sont un facteur de genèse des cancers de la prostate, du sein, du testicule chez l’homme jeune et de l’ovaire.
  • Obésité : Les facteurs environnementaux jouent un rôle dans l’augmentation des maladies métaboliques. Plusieurs études réalisées chez l’homme ont pu mettre en évidence un lien entre exposition à certains PE et poids, IMC augmenté, voire obésité.
  • Diabète : Les PE seraient impliqués dans l’incidence accrue du diabète de type 2 dans nos sociétés. La perturbation de l’équilibre glucido-lipidique via une action sur le pancréas, le foie, le tissu adipeux et le muscle squelettique entraînerait une résistance à l’insuline, laquelle peut ensuite mener au diabète.
  • Troubles du neurodéveloppement : Les troubles du neurodéveloppement tels que les troubles du spectre autistique (TSA), troubles du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH), baisse de QI et troubles des apprentissages, semblent être reliés à une exposition à des facteurs environnementaux dont les PE.
  • Malformations génitales :  Le syndrome de dysgénésie testiculaire, qui désigne un ensemble d’anomalies telles qu’une faible qualité du sperme, la cryptorchidie, l’hypospadias et le cancer du testicule, semble induit par les PE.
  • Maladies neurodégénératives : Certains types de produits chimiques, au premier rang desquels les pesticides ont été reliés à la survenue de ces maladies neurodégénératives (maladie d’Alzheimer, maladie de Parkinson, sclérose latérale amyotrophique SLA), sans que leur mécanisme d’action soit
    élucidé ni que la perturbation endocrinienne soit invoquée.
  • Troubles de la fertilité : Le rôle des facteurs environnementaux dont les PE est suspecté dans la baisse générale de la qualité du sperme et es troubles de fertilité chez la femme (troubles de l’ovulation, anomalies de l’utérus ou des trompes, endométriose…).

 

Comment se protéger ?

Extrait du guide pratique “Comment protéger mes patients de la contamination chimique et des perturbateurs endocriniens” de l’URPS Médecins libéraux PACA

application-pdf Télécharger la version PDF