Accompagnement au sevrage tabagique

A l’occasion du mois sans tabac, votre URPS vous rappelle que votre position d’infirmière vous permet non seulement de sensibiliser vos patients aux méfaits du tabac, mais également de prescrire des substituts nicotiniques remboursables.

Pourquoi arrêter de fumer ?

Dans le monde 1 adulte sur 10 meurt des conséquences du tabac, soit chaque année 10 millions de morts. En 2030 selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on pourrait même atteindre 1 personne sur 6.

En France, alors que plus de 1 personne sur 3 fume et que la moitié des fumeurs souhaite arrêter, on compte plus de 70 000 décès attribuables au tabac chaque année.

 

Le tabagisme cause de nombreuses affections : Cancers, maladies cardiovasculaires, maladies respiratoires dont la BPCO, diminution de la fertilité, atteintes ophtalmiques, ORL, dermatologiques, ostéoporose, ménopause précoce, sans parler des nombreux risques pour le fœtus et la femme enceinte.

A noter aussi pour vos patients sortants de chirurgie, que les complications peropératoires, générales et chirurgicales, sont plus fréquentes chez les fumeurs.

Le risque augmente avec le nombre de cigarettes fumées par jour, même s’il n’y a pas de seuil au-dessous duquel fumer soit inoffensif, comme avec la durée du tabagisme.

 

Arrêter de fumer diminue le risque de mortalité et la gravité de toutes les maladies liées au tabagisme. Plus on arrête tôt, plus les risques diminuent, même s’il n’est jamais trop tard pour arrêter.

Arrêter pendant au moins 30 jours augmente les chances d’un arrêt définitif, c’est là toute la pertinence de cette campagne “Moi(s) sans tabac” que soutient l’URPS.

 

Les traitements nicotiniques de substitution

Les fumeurs souhaitant arrêter de fumer peuvent bénéficier d’un soutien psychologique et d’un traitement médicamenteux si nécessaire, dont en première intention les substituts nicotiniques (TNS) qui augmentent les chances d’arrêt de 50 à 70%.

Votre position d’infirmière vous permet non seulement d’informer vos patients sur les risques du tabagisme, mais également de les accompagner dans leur sevrage en leur prescrivant des TNSLes infirmiers sont autorisés à prescrire des TNS depuis janvier 2016.

 

Formes de substituts

Les traitements nicotiniques de substitution (TNS) sont disponibles en vente libre dans les pharmacies et peuvent être délivrés sans prescription. Cependant, une prescription est nécessaire pour bénéficier du forfait de prise en charge de l’Assurance Maladie.

Les traitements médicamenteux sont recommandés pour soulager les symptômes du sevrage, réduire l’envie de fumer et prévenir les reprises. Les TNS peuvent s’administrer de deux façons :

  • Par voie transdermique: Sous forme de patchs, timbres. Faible vitesse d’absorption et apport de nicotine lent et constant.
  • Par voie orale: Sous forme de gommes à mâcher, pastilles à sucer, comprimés sublinguaux, inhaleur, spray buccal. Formes à action rapide, pouvant être ajoutées aux patchs ou utilisées seules, elles agissent rapidement et sont utilisables en cas d’envie irrépressible.

Il est recommandé de privilégier l’association des TNS transdermiques et des formes orales.

A noter :

  • Il est possible de fumer avec un traitement nicotinique de substitution.
  • Il n’y a pas de contre-indication aux traitements nicotiniques de substitution.

 

En savoir plus :

> Guide Respadd « Premiers gestes en tabacologie : livret d’aide à la pratique pour les professionnels de santé »

 

Modalités de remboursement

À titre transitoire, deux modalités de remboursement des substituts nicotiniques sont possibles. Le remboursement à 65% de certains traitements, déjà en place aujourd’hui, sera la seule modalité possible dès 2019.

 

Depuis 2007 jusqu’au 31 décembre 2018 : l’Assurance Maladie prend en charge les TNS à hauteur de 150€ par année civile.

 

Depuis 2018 : Certains traitements sont désormais remboursables à 65%, comme n’importe quel médicament. Cela permet de supprimer l’avance des frais. Les complémentaires santé prennent en charge le ticket modérateur de ces médicaments.
Les traitements sont :

  • NICOTINE EG SANS SUCRE (gomme à mâcher médicamenteuse)
    • 2mg Fruit ou menthe
    • 4mg Fruit ou menthe
  • NICORETTESKIN (nicotine), dispositif transdermique en sachet (B/28) :
    • 10 mg/16 heures
    • 15 mg/16 heures
    • 25 mg/16 heures

 

La prescription doit se faire sur une ordonnance simple avec numéro d’identification ADELI. Elle doit être consacrée exclusivement à ces produits, aucun autre traitement ne devant y figurer.

> Télécharger un exemple d’ordonnance

 

Formation

Dans le cadre du #MoisSansTabac et avec le soutien financier de Santé publique France, les comités départementaux d’éducation pour la santé déploient une formation à la prescription des traitements des substituts nicotiniques pour les professionnels habilités à prescrire.

> Consulter les formations de la région PACA

 

 

Vos patients ont besoin d’aides complémentaires ?

  • L’ECOACHING, application de tabac info services
  • 39 89 : Les tabacologues de Tabac info service vous donnent des conseils concrets pour arrêter de fumer et vous proposent un suivi personnalisé dans la durée. (Numéro unique, ouvert du lundi au samedi de 9h à 20h)

application-pdf Télécharger la version PDF